#Généathème – Les jumeaux CHAUVENET

Pour le retour des généathèmes proposés par l’association Geneatech, et précédemment lancés par Sophie de la Gazette des ancêtres, je me prête pour la première fois à l’exercice. Le généathème d’avril 2021 – les naissances multiples,

Je l’associe à mon challenge 52 ancêtres en 52 semaines en évoquant une de mes ancêtres aux multiples naissances et mère des jumeaux : Catherine CHANGARNIER (Sosa 767)

Les naissances multiples, c’est quoi ?

Ce sont les jumeaux, les triplés mais aussi les naissances ou familles très nombreuses. Les jumeaux dans certaines généalogies, c’est relativement fréquent et dans d’autres, comme la mienne, c’est extrêmement rare… Dans l’état actuel de mes recherches. Je n’ai pour l’instant identifié aucun jumeau parmi mes ancêtres directs et un seul exemple dans les enfants de mes ancêtres à la dixième génération.

Les jumeaux CHAUVENET

Pour découvrir ces jumeaux, nous partons en Bourgogne dans l’actuel département de la Côte-d’Or à 30 km de Beaune sous le règne de Louis le XVème.

1764 au Chauffort, Chaudenay-la-Ville

Source Gallica.bnf.fr / BNF – Extrait – Carte générale de la France. 084, [Autun]. N°84. Flle 32 – 1759
établie sous la direction de César-François de Cassini

C’est dans la gentilhommière de Chauffort dans la commune de Chaudenay-la-Ville que naissent le 20 décembre 1764 au cœur de l’hiver, les jumeaux Claude et Anne CHAUVENET. Ils sont le fils et la fille de mes Sosa 766 et 767, Jean CHAUVENET marchand au Chauffort et Catherine CHANGARNIER son épouse. Ce sont des jumeaux dizygotes autrement appelés « faux jumeau ». C’est la 6ème grossesse de Catherine.

Acte de baptêmes de Claude et Anne CHAUVENET 1764 – AD Côte d’Or – Chaudenay-la-Ville
Registres paroissiaux et/ou d’état civil : 1579 – 1792 – 5 MI 7 R 36

Essai de transcription :

  1. Claude fils légitime de jean Chauvenet marchand au
  2. Chauffort paroisse de Chaudenay la ville et de Catherine
  3. Changarnier son epouse légitime est né et a été baptisé le
  4. vingt decembre 1764, la eu(?) pour parain Claude
  5. Changarnier son oncle maternelle et pour maraine Denise
  6. Changarnier sa tante lesquels le sont soussignés et le savoir de
  7. Claude Chamgarnier Denise Chamgarnier
  8. Lavivette Curé de Chaudenay la ville
  1. Anne fille légitime de jean Chauvenet marchand au
  2. Chauffort paroisse de Chaudenay la ville et de Catherine
  3. Changarnier son epouse légitime et née et a été baptisée le
  4. vingt decembre 1764, la eu(?) pour parain le dit jean
  5. Brugnot marchand tanneur a Bligny sur ouche et pour
  6. maraine melle anne Chauvenet femme dudit (marchand?)
  7. aussi au lieu dudit Bligny lesquels le sont soussignés
  8. avec moy anne Chauvenet Brugnot
  9. Lavivette Curé de Chaudenay la ville

Les pauvres sont sans doute nés prématurément et ne survivront pas très longtemps. Anne décède à l’âge de 2 jours le 22 décembre, suivi par son frère Claude le lendemain. Ils seront enterrés au cimetière de Chauffort.

Acte de sépulture d’Anne CHAUVENET – 1764 – AD Côte-d’Or – Chaudenay-la-Ville
Registres paroissiaux et/ou d’état civil : 1579 – 1792 – 5 MI 7 R 36

Essai de transcription :

  1. Anne fille de jean Chauvenet marchand au Chauffort
  2. paroisse de Chaudenay la ville et de Catherine Changarnier
  3. est morte le vingt deux decembre 1764 agée de deux
  4. jours et le lendemain son corps a été inhumé dans le
  5. cimetière du lieu par le soussigné en présence de jean
  6. petit recteur de l’école le soussigné et de pierre mannier (?)
  7. ne signe en suis Petit Lavivette Curé de Chaudenay le ville
Acte de sépulture de Claude CHAUVENET – 1764 – AD Côte-d’Or – Chaudenay-la-Ville
Registres paroissiaux et/ou d’état civil : 1579 – 1792 – 5 MI 7 R 36

Essai de transcription :

  1. Claude fils de jean Chauvenet marchand au
  2. Chauffort paroisse de Chaudenay la ville et de Catherine
  3. Changarnier fem(me) est decedé le vingt trois decembre 1764
  4. agé de trois jours et le lendemain son corps a été inhumé dans le
  5. cimetière du dit lieu par le soussigné en présence de jean
  6. pelil(Petit) recteur d’école soussigné et de pierre mannier (?)
  7. qui ne signe en suis. Petit Lavivette Curé de Chaudenay le ville

Catherine CHANGARNIER, soeur et mère de 13 enfants

Catherine mon Sosa 767, naît le 03 janvier 1737 dans la commune de Cussy-la-Colonne, dans l’actuel département de la Côte-d’Or. C’est la fille de Jean CHANGARNIER laboureur et d’Élisabeth BLONDEAU, C’est un petit village, un hameau, qui n’a jamais dépassé les 250 habitants, Catherine sera d’ailleurs la seule enfant à y naître cette année-là !

Acte de baptême de Catherine CHANGARNIER – AD Côte-d’Or – Cussy-La-Colonne – Registres paroissiaux et/ou d’état civil : 1580 – 1792 – 5 MI 7 R 48

Essai de transcription :

  1. Le troisième janvier mil sept cent trante (trente) sept
  2. par le soussigné pretre a été baptisé et est venue au
  3. monde le même jour Catherine fille légitime d’honorable
  4. Jean Changarnier laboureur a Cussy la Colonne
  5. et Ellisabeth Blondeau son epouse, ses parein et
  6. mareine ont été honnorable jean blondeau marchand
  7. aus lieu et Catherine Deruelle demeurant au dit Cusssy
  8. qui a déclaré ne savoir signé sur la minute les Blondeau
  9. se sont soussigné avec moy (signature?) pretre

C’est l’aîné d’une fratrie d’au moins 14 enfants que j’ai pu pour l’instant identifier. Ses 13 frères et soeurs se nomment : Denise, Jean, Claude, Pierrette, Émiland, Margueritte, Henriette, Antide, Marie-Gabrielle, Anne, Antoine, Jean-Baptiste et Jérôme, tous nés à Cussy-La-Colonne. Ses trois derniers frères sont nés après son mariage et son départ pour Chaudenay-la-ville.

Cussy-la-Colonne, terre gallo-romaine

La petite commune de Cussy est célèbre pour un monument, une colonne antique qui lui donnera son nom. Cette colonne est située en contrebas d’un chemin à 1 km du village. Catherine a certainement pu l’admirer enfant. C’est une colonne monumentale gallo-romaine datant du IIIème siècle. Elle aurait pu à l’origine marquer le centre, l’entrée d’un domaine gallo-romain, ou encore d’un village. Nous sommes en territoire Éduens, peuple celte allié des Romains durant la guerre des Gaules. L’influence romaine y restera forte durant plusieurs siècles.

Source Gallica.bnf.fr / BNF – Vue de la colonne de Cussy près Ivri en Bourgogne par Lallemand, Jean-Baptiste (1716-1803.)
Vue telle que l’a connue Catherine. Son chapiteau fut restauré bien après son décès en 1825 par ordre de Charles X.

Elle épousa Jean CHAUVENET à l’âge de 18 ans, le 15 avril 1755 dans la paroisse de Cussy-la-Colonne. Jean est marchand comme son père et son beau-père. Il est le fils d’Étienne CHAUVENET et d’Étiennette BRUGNOT de la paroisse de Chandenay-la-Ville. Fait assez rare dans ma généalogie sur les actes du XVIIIème siècle, absolument toute la noce sait signer et plutôt bien pour l’époque.

Extrait – Acte de mariage de Jean CHAUVENET et Catherine CHANGARNIER – AD Côte-d’Or – Cussy-La-Colonne – Registres paroissiaux et/ou d’état civil : 1580 – 1792 – 5 MI 7 R 48

Essai de transcription :

  1. Fils majeur de me Etienne Chauvenet aussi marchand
  2. et de deffunte Etiennette Brugnot les pères et meres de
  3. La paroisse de Chaudenay la ville d’une part, et de
  4. Catherine Champgarnier fille de me jean Chamgarnier
  5. marchand et d’Elisabette Blondeau ses peres et meres
  6. de cette paroisse ; ont esté presents a ce mariage
  7. du cotté du contractant Etienne Chauvenet son pere
  8. et de Jean Brugnot son oncle maternelle, du costé de
  9. la contractante ont été presents Jean Changarnier son
  10. pere, et Emilland Blondeau son ayeul, et Jacques
  11. Pannetier son oncle acause de Denise Blondeau qui
  12. sont tous soussignes a Cussy la colonne les dit peres
  13. et an que de(?) Jean Chauvenet Catherine
  14. Camgarnier E Chauvenet
  15. Jean Chagarnier J B
  16. EBlondeau JPannetier Cottin Curé (?)

Les enfants de Jean et Catherine

Catherine et Jean s’installent dans la famille de Jean au Chauffort dans la commune de Chaudenay-la-ville à 16 km de Cussy-la-colonne. J’ai pour l’instant identifié 13 enfants du couple 7 garçons, 6 filles dont les jumeaux en 19 ans entre 1756 et 1775.

Ils se nomment : Élisabeth, Anne, Jeanne-Marie, Jean-Baptiste, Denis, Claude, Anne, François-Nicolas, Émiland, Antoine, Margueritte, Catherine et encore un Jean-Baptiste.

Les 13 enfants CHAUVENET – Infographie by Pickochart

Catherine et Jean ont le malheur de perdre au moins 3 enfants en bas âge, la cadette Anne à l’âge de 10 mois et les jumeaux Claude et Anne à 2 et 3 jours. Les 2 plus jeunes sont nés à Cussy-La-Colonne, mais la famille n’est plus présente dans les registres de Cussy après 1775.

l’aîné de leurs enfants, Élisabeth CHAUVENET naît le 28 mai 1756 au Chauffort. C’est mon ancêtre (Sosa 383). Elle tient son prénom de sa grand-mère maternelle Élisabeth BLONDEAU, qui sera sa marraine. Je la retrouve à Paris, lors de son mariage, le 14 janvier 1786, à l’âge de 29 ans à Jean-Baptiste JOANIN, un ciseleur de 5 ans son cadet.

Nous sommes à l’aube de la Révolution quand Élisabeth part à Paris. Je ne connais pas la raison de ce départ de Bourgogne pour cette famille de marchands lettrés. Je ne sais pas encore si Catherine CHANGARNIER et Jean CHAUVENET s’y installent et combien d’enfants du couple s’y trouvent. C’est d’ailleurs peut-être uniquement le fait d’Élisabeth.

Rue Poliveau !

Acte de décès de Catherine CHANGARNIER – Sources : Familysearch Archives de Paris Reconstitution chronologique des actes de décès (série V.2E), 1630-1859 – Décès jan.-mai 1794

J’ai retrouvé le décès de Catherine CHANGARNIER à Paris. Elle s’éteint à l’âge de 76 ans, le 13 floréal de l’an 2 (2 mai 1794), rue Poliveau dans le quartier du Luxembourg à Paris Vème. Paris est à l’époque en proie à La Terreur. Je ne sais pas encore comment ils ont été affectés par les événements.

Sources : Biliotheques-specialisees.paris.frRue Poliveau, de la rue du Fer-à-Moulin : [photographie] / [Charles Marville] -vers 1867

Je n’ai pas retrouvé d’actes ou d’éléments m’indiquant le décès de son époux Jean CHAUVENET à Paris ou à Chaudenay-la-Ville. Je sais juste qu’il est décédé après son épouse. Les archives de Paris ayant en grande partie brûlé, il y a 150 ans lors du triste épisode de La Commune, il est possible que son décès n’ait pas été restitué. Je n’ai cependant pas encore exploré toutes les sources annexes, je cherche encore…

État des recherches et postérité

Je trouverai peut-être d’autres jumeaux au hasard de ma généalogie, ce généathème fut l’occasion de me rendre compte du peu de cas dans l’état actuel de mes recherches, toutes branches confondues.

Ce challenge m’a permis de faire du tri et de supprimer certaines anomalies de mon arbre notamment des jumeaux qui n’en étaient pas.

Concernant les familles CHAUVENET et CHANGARNIER, que j’ai évoquées aujourd’hui. Il me faut encore identifier et retrouver les mariages et décès des enfants du couple Jean CHAUVENET et Catherine CHANGARNIER, ainsi que la branche ascendante qui est peu développée. Je n’ai pas encore commencé cette recherche, elle sera longue étant donné le nombre important d’enfants mais sans aucun doute passionnante.

J’ai trouvé cette semaine des indices sur Gallica sur les CHAUVENET qui me semble prometteur. Cependant je ne m’emballe pas, il y a de nombreux homonymes de Jean CHAUVENET dans cette région mais J’espère pouvoir identifier cette branche et peut-être trouver un lien de cousinage. Affaire à suivre !

Source Gallica.bnf.fr / BNF – Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. XIV. Des-Dug. – 1915 – Extrait page 441

Cette famille est à l’origine de ma branche parisienne :

Catherine CHANGARNIER est la première de mes ancêtres à mourir à Paris. Élisabeth CHAUVENET (1756-1833) sa fille, qui s’y installe, est l’arrière-grand-mère maternelle de Marie Caroline SAUVE (1849-1937), elle-même grand-mère maternelle de Reine Caroline MICHAÉLIS (1898-1984). En tout 6 générations de femmes ayant vécu à Paris, J’ai déjà parlé de 3 d’entre elles dans une blanchisserie à Paris. Vous pouvez retrouver l’article en deux épisodes ici et ici.

Portrait de Reine Caroline MICHAÉLIS – 1921 – Archives familiales

Voilà pour mes pérégrinations dans l’univers anecdotique des naissances multiples de ma généalogie. Merci à Geneatech, pour ce challenge.

Ps. merci de votre indulgence pour les transcriptions, je débute dans cette pratique 😉

À la semaine prochaine pour de nouvelles aventures généalogiques. #52ancestors52weeks #généathème

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s